Meeting départemental de Nevers. Mardi 20 mars 2012. Front de gauche.

Les cartes postales de la Nièvre nous montrent des collines et des vallons verdoyants, des cours d'eau sinueux, des forêts majestueuses et des villages qui s'y nichent. Derrière ce décor champêtre, vivent des femmes et des hommes. Notre département est un département rural qui perd de la population. Sur ce territoire, dans les villes comme dans les villages, la résignation recule et les aspirations grandissent. Sur les foires les marchés, lors des assemblées citoyennes , vous nous interpellez : "J'en ai assez de faire des kilomètres pour trouver un bureau de poste ouvert, au prix où sont les carburants" "Je n'ai que 700 euros par mois. Je fais mes courses au jour le jour . Je ne m'en sors plus. La vie est trop chère." "Je ne veux pas que ma fille de 6 ans voit sa journée allongée d'une heure à cause de la fermeture de classe dans son école."... Et vous terminez par "Qu'est ce qu'on peut faire?" En effet, 13,5% des Nivernais et des Nivernaises vivent en dessous du seuil de pauvreté. Des secteurs sont devenus des déserts scolaires, postaux ou médicaux. Des maternités ferment . L'hôpital public est pillé au profit de clinique privée. Comme nous l'a dit Laurence avec colère et émotion, la casse de l'école se poursuit: 14 000 postes supprimés en cette rentrée 2012, ce qui porte à 80 0000postes postes supprimés durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, près de 10 % des effectifs de l'Education Nationale. Dans la Nièvre ce sont 28 fermetures pour les écoles , en maternelle, en RPI, dans les réseaux d'aides (Ce sont les élèves les plus fragiles qui en sont victimes). Les résistances s'organisent pour défendre la poste comme à Garchizy ou à Châteauneuf Val de Bargis, l'école à Couloutre , à Nevers , à Urzy, ou à Varennes Vauzelles, l'hôpital à Cosne, Clamecy et Decize, le droit à l'énergie , au logement,...Vous dites "ça suffit, on en a assez de ces inégalités" Vous redressez la tête "Il faut changer les choses" Vous avez raison. D'autres choix sont possibles hors de cette austérité qu'ils continuent de vouloir nous imposer. Vous retrouvez confiance et vous gagnez espoir de pouvoir influer par votre vote Front de gauche à la transformation de votre vie quotidienne. Voici quelques uns de ces choix du programme 'l'humain d'abord " contenus dans ces questions essentielles: Comment abolir la pauvreté sans affronter le capitalisme financier? Comment stopper la catastrophe environnementale sans instaurer la planification écologique? Comment maintenir notre agriculture locale , nos activités industrielles sans sortir du libre échange généralisé imposé par cette Europe libérale , en créant des emplois,...? un simple rappel : 63,5% de Nivernais avaient voté non au référendum de 2005. Comment assurer à chacun le droit à la santé sans refuser les critères de rentabilité des hôpitaux et sans contraindre l'installation des médecins?

Comment assurer le droit ambitieux à une école de qualité sans rétablir les postes d'enseignants supprimés depuis cinq ans?

Comment relancer l'économie et le pouvoir d'achat des salariés et des retraités sans refuser la rigueur et l'austérité , en imposant le SMIC à 1700 euros et aucun revenu en dessous des 80 % de ce SMIC? Comment permettre l'accès à des services publics répartis sur tout le territoire sans s'affranchir des règles du traité européen de Lisbonne, sans rejeter le MES (Mécanisme Européen de Stabilité) et sans abroger la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) qui a fait tant de casse sur nos territoires? Le Front de gauche a fait ces choix. Il propose de partager les richesses , de relancer l'économie, d'augmenter les revenus des salariés comme celui des paysans, de mettre en place un pacte pour un nouvel essor des services publics, biens communs de toutes et tous et outils du développement de nos territoires. Camarades et amis, l'espoir renaît. En ce joli 20 mars, certes, une hirondelle ne fait pas le printemps. Mais la force unie de centaines, de milliers de citoyens devenus militants du vote Front de gauche font à nouveau vivre les mots d'égalité, de fraternité, de liberté, de paix et de solidarité. Rassemblés, nous ancrons ces valeurs à gauche. Deux jours après la Bastille, et à 4 semaines du premier tour, continuons de gagner des votes Front de gauche autour de nous. De l'audace, toujours de l'audace... et à gauche toute! Le 22 avril, le vote Jean Luc Mélenchon et notre programme "L'humain d'abord" pèseront haut et fort.